Les cinq piliers de la reconstruction du CH

CH-Bricks

Nombreux sont les joueurs du CH dont le contrat arrive à terme.

Conjointement, le club devra gérer des dossiers nébuleux, par exemple, de joueurs dont on aimerait en voir plus comme, Max Domi et Jonathan Drouin.

Le présent exercice sera de trouver les principaux piliers du Canadien de demain au milieu d’une liste de joueurs qui présentent beaucoup de points d’interrogation.

1. Brendan Gallagher

Toujours au poste, même face aux défenseurs les plus robustes. Gallagher parvient, saison après saison, à graviter dans la zone des 25-30 buts. C’est un miracle qu’il ait encore toutes ses dents et qu’il parvienne, même à 5 pieds 9 pouces, à survivre dans l’enclave où il joue bien souvent la carte de la petite peste.

2. Carey Price

On peut le voir comme un athlète qui n’a jamais trouvé son erre d’aller étant donné que plusieurs ont souvent questionné ses performances au fil de sa carrière. Cependant, le 5e choix au repêchage de 2005 s’est incontestablement imposé comme un excellent gardien de but numéro 1 dans la LNH.

Pas nécessaire de s’appeler Patrick Roy ou Martin Brodeur pour gagner la coupe Stanley. Au cours de la longue histoire de la Ligue nationale de hockey on a souvent vu des gardiens de but, avec des statistiques plus ou moins dans la moyenne, se lever en série et gagner la Coupe Stanley au sein d’un club en symbiose ou d’une équipe riche en profondeur.

À 32 ans, Carey Price peut encore offrir quelques bonnes saisons au Tricolore. Il faudra toutefois que les dirigeants parviennent à lui dénicher un gardien axillaire capable de le seconder pour éviter qu’il s’épuise en prenant presque 70 départs par année.

3. Nick Suzuki

Carrément phénoménal. Il sera au centre de la reconstruction future du Canadien. Par contre, ses adversaires le surveilleront de plus près à mesure qu’il trouvera ses repères, vers une plus grande maturité en tant que joueur.

Dans tous les cas, ça augure vraiment bien pour l’avenir, à condition de l’entourer de plus de robustesse. Il sera un joueur ciblé donc enclin à des problèmes de blessures constantes, comme un certain Finlandais qui portait le numéro 11 autrefois.

4. Joel Armia ?

J’ai hésité entre Drouin, Domi ou Joel Armia.

Ils ont tous des aptitudes offensives fort considérables, mais tardent à s’établir.

En plus de son incroyable contrôle du disque, Armia aiderait le Canadien à se grossir (et ce sera une mission pour le club dans les années à venir).

De plus, il est en constante ascension sur le plan de sa production offensive, de saison en saison.

5. Cole Caufield

Il présente en ce moment une fiche de 19 buts et 16 passes, pour 35 points, en 33 rencontres, au sein de l’équipe de l’Université du Wisconsin, dans la NCAA. Je crois que les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Son entraîneur, Tony Granato, dit de lui qu’il serait une sorte de Joe Sakic, ou encore, un Brett Hull.

C‘est le type de comparaisons qu’on aime entendre.

Crédit photo : Rixie/Dreamstime

2 réflexions sur « Les cinq piliers de la reconstruction du CH »

  1. Cole Caufield ne sera probablement pas là l’an prochain…Arrêtez d’inventer n’importe quoi. Pour le départ, je crois que ce sera Domi à cause de sa valeur actuelle et de son contrat à venir

    1. De 1)

      Personne n’a écrit que Caufield portera certainement l’uniforme du Canadien dès la saison prochaine. L’article parle de reconstruction. C’est un processus qui dure normalement quelques années.

      De 2)

      Ce que tu avances au sujet de Domi pourrait avoir du bon sens, mais encore faudra-t-il trouver un directeur-gérant prêt à offrir quelque chose de bon en échange de ses services.

      Personne ici ne possède un don de divination alors tout ce qu’on peut faire, c’est avancer des suppositions qui ouvrent la porte à des discussions.

      On n’a absolument rien contre les opinions différentes, à condition que le ton demeure toujours respectueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *