Des critiques injustes à l’endroit de Drouin?

J-Drouin

Décidément, Jonathan Drouin a le don de se retrouver mêlé à des situations discordantes. Depuis sa grève qui avait duré plusieurs semaines alors qu’il portait les couleurs du Lightning de Tampa Bay, en passant par ses élans émotifs devant les médias, au cours d’un camp d’entraînement difficile l’automne dernier, et en terminant par une blessure au poignet qui semble avoir trop tardé à guérir aux yeux de certains.

Les propos de Julien

En faisant bien attention de ne pas écorcher son jeune attaquant sur la place publique, l’entraîneur-chef du Canadien faisait tout de même savoir, en conférence de presse (alors que Drouin était encore en réflexion quant à son retour au jeu) que ce dernier avait déjà reçu le feu vert des médecins et que les spécialistes en la matière avaient assuré qu’il ne courrait plus aucun risque d’aggraver sa blessure au poignet. Le pilote de la formation montréalaise avait ajouté que la décision était maintenant entre les mains du joueur.

Une blague de Kovalchuk

Sur un ton humoristique, Ilya Kovalchuk y était allé, lui aussi, d’une remarque qui voulait tout dire au sujet de son nouveau coéquipier. Le talentueux ailier russe avait déclaré qu’il pensait que Drouin était en mesure de revenir au jeu depuis le moment de son arrivée à Montréal au début du mois dernier. Kovalchuk avait également, à la blague bien entendu, avoué qu’il ne voyait pas ce que Drouin devait encore travailler avant d’effectuer son retour, tout en précisant que l’équipe, en pleine lutte pour se tailler une place en séries, avait besoin de ses services sur la glace.

Des critiques chez les médias

Le controversé joueur québécois s’est aussi attiré les critiques de certains membres des médias qui se demandaient s’il avait vraiment envie de venir prêter main forte à son club. Quelques journalistes et commentateurs, notamment des ex-joueurs, ont exprimé leur incompréhension devant l’attitude de Drouin en ce moment crucial de la saison où son équipe livrait bataille à tous les matchs pour éviter une autre exclusion de la danse printanière.

Le mieux placé pour le savoir

On aurait beau se lancer dans toutes les réflexions du monde, en bout de ligne, Jonathan Drouin lui-même était le mieux placé pour savoir ce qui le chicotait encore avec la guérison de son poignet. L’accuser d’avoir sans raison pris son temps avant de réintégrer l’alignement d’une formation qui avait grandement besoin de lui serait porter un jugement précipité.

Espérons seulement que le temps supplémentaire qu’il aura jugé préférable de s’accorder avant de reprendre son poste au sein de la formation lui permettra de retrouver assez rapidement ses moyens pour aider le Canadien à amasser un maximum de points d’ici la fin du calendrier régulier.

Souhaitons aussi que cet incident ne jettera pas une nouvelle ombre sur la réputation d’enfant terrible qui lui colle déjà à la peau.

Crédit photo : André Pichette, La Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *