Dure saison pour les gardiens auxiliaires du CH

Lindgren

Depuis le début de la saison, les gardiens auxiliaires du Canadien de Montréal se sont partagé un faible total de 11 départs, ce qui en laissait 45 pour Carey Price.

Lorsqu’on jette un œil sur les statistiques individuelles de deux d’entre eux, il n’y a rien d’étonnant à ce que le portier numéro un de l’équipe se soit vu accorder aussi peu de soirées de congé.

Keith Kinkaid

Signé au cours de l’entre-saison et accueilli par plusieurs commentateurs comme un gardien-réserviste très talentueux, l’ancien porte-couleur des Devils du New Jersey n’a jamais su démontrer que le Tricolore avait posé un bon geste en faisant son acquisition.

En 6 rencontres de disputées en relève à Price, Kinkaid a accordé 4,24 buts, en moyenne à l’adversaire, par match et présenté un pourcentage d’efficacité de ,875. Une fois renvoyé dans la Ligue américaine, dans l’espoir qu’il retrouve ses repères, les choses ne se sont pas plus améliorées. En 11 parties avec le club-école du Canadien, le gardien new-yorkais affiche 3,35 de moyenne et un maigre ,800 de pourcentage d’efficacité.

Charlie Lindgren

Présent depuis déjà cinq saisons dans le paysage du Tricolore, Charlie Lindgren n’est toujours pas parvenu à convaincre l’état-major de l’équipe qu’il avait le profil d’un bon gardien numéro deux.

Ces performances, depuis l’ouverture du calendrier 2019-2020, n’ont pas de quoi plaider en sa faveur. En 4 matchs dans l’uniforme Bleu-Blanc-Rouge, Lindgren affiche 3,48, dans la moyenne des buts alloués par rencontre, et un pourcentage de ,880.

Cayden Primeau

La seule note encourageante du côté des auxiliaires se nomme Cayden Primeau. Le plus jeune homme masqué du groupe n’a disputé que deux matchs, certes, mais il a tout de même été en mesure de bloquer 67 des 72 lancers dirigés contre lui, pour un pourcentage d’efficacité de ,931. Après ses 119 premières minutes de jeu dans la grande ligue, le cerbère de 20 ans affiche une moyenne de 2,52.

Risque d’épuisement

Bien que doté d’un bon physique et d’une excellente technique, Carey Price est maintenant âgé de 32 ans. En étant obligé, faute de substituts de qualité, de prendre part à autant de rencontres, le joueur le mieux payé du Canadien pourrait finir par ressentir de l’épuisement d’ici la fin de la saison.

Dire qu’à une certaine époque, les partisans des Habs arrivaient à dormir sur leurs deux oreilles, même en cas de blessures sérieuses de Carey Price, parce qu’ils pouvaient compter sur un dénommé Jaroslav Halak pour prendre la relève durant son absence.

Crédit photo : Montreal.ctvnews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *